Fondamentalement, la mission la plus importante d’une équipe de traitement est de pouvoir fournir aux patients les mesures médicales individuelles nécessaires de manière rapide et simple.

Au cours des deux dernières décennies, les médicaments biologiques se sont imposés en tant qu’élément indispensable de nombreux traitements de base, en particulier grâce au bon profil efficacité/effets secondaires de ces préparations.

En effet, souvent, seule l’utilisation d’un agent biologique permet de réprimer complètement les symptômes. Par exemple en cas d’inflammation articulaire engendrée par une maladie rhumatoïde, un agent biologique permet alors d’empêcher la perte insidieuse de qualité de vie. Les médicaments biologiques permettent ainsi de maintenir la capacité fonctionnelle des patients dans la vie quotidienne et ce, de manière durable.

Une deuxième responsabilité importante des médecins et du personnel médical réside en la gestion responsable et rationnelle des agents mis à disposition par la collectivité dans le système de santé. Cette mission n’est pas toujours simple à suivre au quotidien, en particulier lorsque le patient doit être traité au mieux et que le traitement optimal est onéreux.

Avec l’autorisation des biosimilaires, le personnel en charge du traitement des patients dispose à présent de la possibilité de combiner deux aspects, un traitement optimal des patients individuels et la responsabilité économique pour la collectivité. L’utilisation d’un biosimilaire constitue une alternative économique à un médicament biologique et permet un traitement équivalent au produit de référence. Je pense personnellement que nous, médecins, devons utiliser cette chance offerte par les biosimilaires. L’utilisation d’un biosimilaire peut également contribuer à maintenir notre liberté thérapeutique dans le contexte d’une pression économique croissante, au profit des patients.

Prof. Dr. med. Ulrich A. Walker
Médecin-chef en rhumatologie
Hôpital Universitaire de Bâle

Prof. Dr. med. Ulrich A. Walker
Médecin-chef en rhumatologie
Hôpital Universitaire de Bâle
1