Patient Bechterew, né en 1951 du canton d’Argovie

Mon traitement biologique a débuté en 2007, ce qui m’a permis de très bien participer à la vie active malgré ma maladie de Bechterew et de continuer à exercer mon métier sans restriction. J’étais très content de mon traitement.

Lorsque j’ai lu une alternative moins chère à mon traitement avec des produits biologiques, j’ai interrogé mon rhumatologue sur le sujet des biosimilaires. Il a accepté ma suggestion de poursuivre la thérapie avec la préparation la moins chère, le biosimilaire. En 2019, après plus de 10 ans de thérapie biologique, mon traitement s’est ensuite poursuivi avec le biosimilaire.

Dans mon hôpital, j’ai été l’un des premiers patients à passer à un biosimilaire. Je peux continuer ma vie active comme avant et je n’ai remarqué aucune différence par rapport au traitement précédent.

Seuls les coûts de mon traitement ont considérablement baissé, comme je peux le voir sur mes factures d’assurance maladie. Dans mon cas particulier, cela signifie des économies permanentes de 24 % sur les coûts de traitement.

Je suis heureux de contribuer à un système de santé durable.

1